Comment te dire ?

Discussion dans 'Prose' créé par Conan, 1 Mars 2015.

  1. Conan

    Conan Member

    -Ebauche-

    Les années passent et je ne regrette rien. Je me souviens de toute cette colère et de cette injustice que je t' ai faite subir sans que tu plies jamais, de toute mon incompréhension car j' étais jeune et stupide. Car je ne savais rien, car j' étais insouciant, car je pensais que la vie était éternelle et acquise pour moi et toi. Les soucis des autres me passaient bien au-dessus de la tête, comment pouvais je comprendre, moi, un privilégié ? Que tu allais mourir avant tous les autres que j' ignorais et que j' essayais vainement de comprendre en te les préférant tandis que le temps t' était compté.

    Je voulais tellement tout figer dans le marbre du temps car finalement c' est ça qui comptait, plus que tout. Attendre tranquillement ensemble, tous les 4 que la vie se passe même avec les hauts et les bas, tout finirait par s' arranger. Mais je n' y ai jamais cru, jamais que la famille imploserait ni que tu disparaîtrais aussi vite, me laissant là à moitié fini face à ma vie à moitié désolée, inachevée sans un jour de répit avec toujours au moins une pensée pour toi comme un enfant qui n' a pas eu le temps de grandir devenu adulte trop vite.

    Le temps passe, les rides s' installent, la révolution du numérique, même la physique quantique, rien ne changera ça, rien ne pourra te faire revenir, en tout cas, certainement pas de mon vivant. C' est un fait.
     
  2. devousamoi

    devousamoi Member

    Quelle est cette douleur qui pénètre ton coeur ?
     
  3. Conan

    Conan Member

    Rien ne remplace la mort d' une mère. J' aurais aimé mettre plus de poésie, me concentrer sur ce passé de ma vie, mais je n' en ai pas eu le temps. Je laisse là cette ébauche en vue plus tard de lui donner une forme ? On verra... J' espère que tu vas bien mon cher Devousamoi, on ne te voit plus. Oui, je sais, c' est un petit forum où s' y disent souvent les mêmes choses et avec toujours les mêmes têtes, mais comment faire mieux ? Ouvrir ses portes au tout venant de l' humanité pour héberger des trolls et vivre dans l' anarchie et la loi du Talion ? Non, je ne m' y fais pas. Le terrain et le troupeau sont bien gardés. Alors, le sanctuaire fait figure de désert. Mais il n' y a pas de demi-mesure possible sans tomber dans la caricature comme Je Politique.com par exemple et qui a fermé suite à de multiples dépôts de plainte au parquet...

    Comment faire alors ?
     
  4. devousamoi

    devousamoi Member

    Je comprends . Pour la.garde de surveillance.anti.troll.

    Je comprends aussi pour ta maman , et tu trouveras les mots pour accepter les choses , ou c'est peut être elle qui te les soufflera , c'est sur, l'amour d'une maman peut braver tous les obstacles , même l'au delà pour essuyer les larmes du coeur de son enfant . tu peux plus rien changer pour elle , sauf .continuer ta route aller de l'avant , c' est probablement
    Ce qu'elle te conseillerait pour dédouaner .ta peine et la sienne .
    Bonne soirée conan.
     
  5. Conan

    Conan Member

    Merci mon ami. Oui, tout s' affronte et se surpasse. Toutes les douleurs s' érodent avec le temps jusqu' à l' effacement total qui survient avec la mort de soi.

    Bonne soirée à toi aussi mon ami.
     
  6. devousamoi

    devousamoi Member

    Bonjour mon ami comment ça va ?
     
  7. Conan

    Conan Member

    Ca peut aller. Toujours le même malgré mes changements de surface virtuels. Hihi. Tu crois que notre état nous a tous plus ou moins transformés en losers ? Que " l' assistanat " nous a tous rendus dépendants ?
    Pourtant je reste persuadé que l' état ne peut que rester interventionniste sur des sujets clé. Mais quand on dit ça on est affublé de communiste de l' arrière garde admirant l' URSS et la Corée du Nord. Le mondialisme et le libéralisme sont LA RELIGION à suivre sinon on est stigmatisé et diabolisé. C' est vraiment lamentable. Et si je dois répondre à ta question "comment ça va ?" franchement, je dois alors te répondre : "ça me déprime". Nos politiques ne nous proposent rien. On détricote toujours plus l' état et nos institutions pour nous amener à la parité euro-dollar et nous intégrer dans le TAFTA. Ca déprime.
     
  8. devousamoi

    devousamoi Member

    Bonjour Conan, je te comprends.
    Puis c'est vrai que péter dans le taffetas c'est pas comme dans la soie. Pas la même route ,


    Les oublies par rosame takaré :fléchir

    Ces blés étaient domestiqués,
    Ils sont redevenus sauvag's
    Épis barbus aux bords des près
    Sont éloignés de leurs frèr's blés
    Ils poussent aux bords des fossés
    Jamais loin des champs et des près
    De venus camps et bidonvill's
    on les traite comm' des rats des vill's
    La nature les a retrouvé
    Quand les hommes les ont oublié
    Les blés barbilles très verdoyants
    Ont aiguisé tous leurs longs piquants.
    Marguerites et petits bleuets
    Ont disparus des nappes de blés
    Seul reste quelques coquelicots
    Sans la faucille ni le marteau,
    La faucheuse par la est passée
    Comme un tank a tout dévasté
    Les épis de blés ne verront plus
    Les faucillages des temps perdus
    Filles et garçons qui s'embrassaient
    Derrière les meules composées
    Rendement et capitalisme
    Ont engendré l'inhumanisme .
    Les blés qui faisaient le pain bis
    Qu'on appelait le pain des pauvres
    N'est guère plus à leur merci
    Tant on a augmenté le prix,
    Est devenu le pain des riches
    Dommage ! Ils n'ont pas eu l'ergot.
    Présent sur la nappe du béni
    Entre les huitres et le gras foie
    On invite madame Clicquot
    Veuve joyeuse puisqu'il en faut ...
    Quand sonne le douze de minuit
    Pour Crésus! Que la cloche sonne
    Ou peut-être bien pour la bonne.
    Entre la buche et le champagne
    C'est aux champs d'oseilles qu'ils ont foi
    Et la, on ne verra jamais plus
    Même en s'payant la veuve Clicquot
    Comme autrefois les fleurs des champs
    Tressées par nos petits enfants
    Marguerit's bleuets coquelicots
    Aux couleurs de notre drapeaux
    Et aux sommets de nos églises
    Les girouettes cocorico :rolleyes:
     
    Dernière édition: 23 Avril 2015

Partager cette page